Blog  >  Détails article

IA et syndicats RH : équilibre entre innovation et droits des employés  

L’Intelligence Artificielle (IA) s’intègre de plus en plus dans les ressources humaines, permettant un traitement approfondi et pertinent des données. Cependant, cette technologie soulève des préoccupations quant à la protection des données personnelles des collaborateurs.   

Aujourd’hui, les syndicats s’engagent à encadrer l’innovation en Intelligence Artificielle et à protéger les droits des travailleurs, soulignant ainsi l’importance de régulations rigoureuses pour garantir la confidentialité de leurs données personnelles. Cette approche vise à promouvoir l’équité et la sécurité des collaborateurs face à ces avancées technologiques.   

Dans cet article, nous allons aborder les principaux éléments sur le rôle syndical dans la gestion de données, leurs revendications au sujet de l’IA ainsi que la manière dont les outils digitaux de l’IA peuvent répondre à ces différentes revendications.    

Le rôle des syndicats dans la gestion de données RH

Le syndicat représente un regroupement organisé de travailleurs unis dans le but de protéger et de promouvoir les intérêts collectifs des salariés.   

Son rôle dans la gestion des donnée RH consiste principalement à protéger les droits des travailleurs dans l’utilisation de leurs données. Cet organisme s’étend également à la représentation des employés dans les négociations et les décisions impliquant leur emploi et leurs conditions de travail. La gestion des données des collaborateurs et les utilisation RH de l’Intelligence Artificielle apparaissent donc comme de véritable enjeu pour ces organisations.  

Voici un aperçu sur les éléments essentiels du rôle des syndicats dans la gestion de données :   

Protection des données personnelles  

Cette pratique vise à garantir que toutes les données sont collectées, stockées et utilisées de manière éthique et en stricte conformité avec les réglementations en vigueur, telles que RGPD. Le syndicat s’efforce pour préserver les droits des travailleurs en assurant la sécurité et l’intégrité de leurs données personnelles dans l’environnement professionnel.  

Transparence et équité  

L’objectif du syndicat dans la promotion de la transparence et de l’équité dans l’utilisation des algorithmes et des systèmes d’intelligence artificielle est essentiel pour établir des processus justes, notamment lors des étapes de recrutement, de promotion ou autres. Cette approche rend les décisions algorithmiques compréhensibles et explicables, tout en veillant à ce qu’elles ne perpétuent pas de biais discriminatoires. En favorisant la transparence, les entreprises s’engagent à créer des pratiques équitables qui éliminent les inégalités potentielles et offrent des opportunités égales à tous, garantissant ainsi un environnement de travail inclusif et juste.  

Contrôle et accès  

Avant de mettre en place tout système de gestion des données, il est impératif d’informer les collaborateurs des entités juridiques ayant le contrôle et le droit d’accéder à leurs données. Cela permet d’établir une confiance et un consentement éclairé des employés envers la manière dont leurs informations seront gérées et partagées. En fournissant une visibilité sur les autorités qui supervisent ces données et les entités autorisées à y accéder, les travailleurs sont mieux informés et peuvent prendre des décisions éclairées concernant la protection de leurs données personnelles.  

Évaluation des risques et protection de l’emploi  

L’évaluation des risques liés à l’intelligence artificielle est essentielle pour protéger les emplois des travailleurs contre une utilisation discriminatoire de ces technologies. En comprenant les impacts potentiels de cette technologie sur les emplois existants, les entreprises peuvent mettre en place des stratégies visant à préserver les postes de travail, à avoir une vision claire des conditions de travail etc. Cette approche proactive vise à trouver un équilibre entre l’efficacité offerte par ces avancées technologiques et la protection des travailleurs face à une technologie qui pourrait menacer leur sécurité professionnelle.  

Utilisation éthique de données  

L’implication de ces organismes dans l’utilisation éthique des données consiste à participer à l’élaboration de politiques, de lignes directrices éthiques pour guider l’utilisation des données et de l’intelligence artificielle. Cela implique de garantir que ces technologies sont mises en œuvre de manière responsable, respectueuse et équitable. En contribuant à la définition de normes éthiques solides, les acteurs concernés s’engagent à promouvoir une utilisation transparente, non discriminatoire et respectueuse de la vie privée des individus.  

Quelles sont les revendications des syndicats au sujet de l’IA

Aujourd’hui, les RH sont confrontées à de nombreuses revendications syndicales au sujet de l’impact de l’IA.  Ces revendications soulèvent différentes préoccupations liées aux risques qui peuvent être générés par un algorithme et qui portent notamment sur la prise de décisions en matière de gestion des ressources humaines. Les syndicats appellent à une réforme législative encadrant l’utilisation de l’IA au sein du milieu professionnel, visant à garantir son utilisation équitable et non discriminatoire. 

Du côté des entreprises mobilisant cette technologie, il est impératif que celles-ci communiquent ouvertement avec le CSE (Comité Social et Economique) concernant l’utilisation de l’IA afin de garantir une relation de confiance et une transparence accrue. Cette collaboration favorise une meilleure compréhension des implications, des avantages et des défis liés à cette technologie. En informant ce comité, les entreprises peuvent non seulement gagner la confiance des employés, mais également favoriser un dialogue constructif pour façonner des politiques et des pratiques qui intègrent judicieusement l’IA tout en préservant leurs droits et leurs intérêts. 

Dans ce contexte, la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT) a souligné l’importance de la complémentarité entre l’intelligence artificielle et l’humain, mettant en avant la nécessité de développer une IA digne de confiance qui valorise cette synergie “homme-machine”.  

Dans un rapport publié en mars 2022 par FO-Cadres et l’IRES, la CFDT Cadres demande une concertation publique axée sur les priorités suivantes :  

  • Une IA inclusive qui vise à réduire les inégalités et les discriminations    
  • Un dialogue social à tous les niveaux sur l’IA  
  • Une transparence sur les algorithmes, leurs fonctionnements et leurs impacts sur les conditions de travail, notamment en ce qui concerne le contrôle du travailleur, le recrutement, l’évolution professionnelle et les biais discriminatoires.  
  • La protection et la gouvernance des données personnelles impliquant les représentants des employés  
  • Des systèmes IA qui respectent les droits fondamentaux des travailleurs et favorisent le progrès social au sein de l’entreprise  
  • Une implication active des cadres et managers dans ces transitions  
  • Formation à l’éthique pour les ingénieurs et les experts  
  • Promotion de la mixité dans les filières numériques afin d’accroître la représentation des femmes dans les domaines scientifiques et technologiques  
  • Refonte de la formation continue tout au long de la vie  
  • Surveillance et suivi actifs des transformations de travail  

Le débat sur l’intelligence artificielle est présent aussi à l’échelle internationale, comme en témoigne le rapport de la TUC (Organisation fédératrice des syndicats britanniques).   
Il met en avant des points cruciaux liés notamment, au « haut risque » que représente l’IA et son impact sur les prises de décisions. A ce propos, David Lorimer, directeur du cabinet d’avocats Fieldfisher, illustre cette préoccupation en soulignant que « les décisions entachées de discrimination, résultant parfois des algorithmes formés sur des ensembles de données biaisées, peuvent être contestées ».  

Ces observations soulignent l’importance cruciale d’une réflexion approfondie sur les implications de l’IA, à la fois à l’échelle nationale et mondiale.  

Comment TOP répond à l’ensemble de ces revendications syndicales ?

La réponse de TOP aux différents enjeux syndicaux est multidimensionnelle.   
En tant qu’outil d’aide à la décision, TOP conseille les managers avec des actions correctives visant à réduire le taux du turnover. Cette solution propose une fonctionnalité où la responsabilité finale de la décision demeure toujours entre les mains du manager.   

De plus, TOP encourage l’intervention du manager dans l’optimisation de l’algorithme en utilisant les retours des managers utilisateurs.   

Une attention particulière est accordée au débiaisement de l’algorithme, par exemple en traitant la question du genre au sein d’une entreprise, et en prenant des mesures pour minimiser les biais présents dans le système.  

La confidentialité et la protection des données occupent une place centrale chez TOP Cette solution est conforme aux normes de confidentialité et aux réglementations en matière de protection des données (RGPD), garantissant ainsi un traitement éthique des informations personnelles.  

En tant que solution basée sur l’IA, TOP s’engage à la transparence quant à l’utilisation de ses algorithmes. Cet outil d’IA fournit des explications claires sur ses mécanismes prédictifs et analytiques, contribuant ainsi à établir un climat de confiance. 

Témoignage de Hakim Ben Ayed, CCO chez Aymax : « La confidentialité des données de nos collaborateurs a toujours été au cœur de nos préoccupations, tout comme les syndicats le soulèvent. L’évolution des outils d’IA appliqués à ce domaine soulève des questions cruciales concernant la collecte et le traitement des données. Avec l’accompagnement de TOP nous avons constaté une approche rassurante dans la gestion des données. Leurs équipes sensibilisent et impliquent les collaborateurs dans le processus de traitement de leurs données personnelles au sein de l’entreprise. Aujourd’hui, ce qui renforce notre confiance en son utilisation interne et répond à nos préoccupations concernant la sécurité des données est le fait que cette solution propose des recommandations conformes au RGPD établi par la CNIL. Cette conformité stricte aux normes de confidentialité en fait un allié essentiel dans notre démarche de protection des données internes de l’ensemble de nos collaborateurs. » 

En résumé, les enjeux syndicaux représentent une importance capitale dans la gestion des données RH, visant à protéger les droits des travailleurs concernant le traitement de leurs données personnelles. Les outils d’intelligence artificielle en gestion des ressources humaines, à l’instar de TOP fournissent une réponse complète à ces enjeux, contribuant ainsi à répondre aux préoccupations syndicales.  

Autres actualités